Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Monument \u00e0 sir George-\u00c9tienne Cartier","thisUrl":"http:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/monument-a-sir-george-etienne-cartier\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"http:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/monument-a-sir-george-etienne-cartier\/"}
Partager
Partager
George William Hill

Monument à sir George-Étienne Cartier

1919
Présentation de l'oeuvre
Plusieurs propositions de monument à l’effigie de sir George-Étienne Cartier s’esquissent dans les années qui suivent son décès en 1873. Cependant, ce n’est qu’en 1912 qu’un concours national est lancé. Neuf sculpteurs s’y inscrivent, dont Alfred Laliberté et Georges William Hill. Il s’agit d’une commande exceptionnelle qui assure la consécration de l’artiste qui la réalisera, et c’est Hill qui l’emporte.

La composition de son monument s’articule autour de 18 personnages. Gardant les entrées avant et arrière du monument, quatre lions au repos symbolisent la puissance et la protection de l’Empire britannique. Ils sont postés sur des murets qui encadrent un emmarchement de deux volées donnant accès à une immense terrasse au centre de laquelle se déploient, autour d’une colonne pyramidale, les 18 figures de bronze. Sur la partie avant du monument, dominant les figures allégoriques, le personnage de sir George-Étienne Cartier est placé devant une tribune. Il est représenté debout, dans ses fonctions de parlementaire, un document à la main portant l’inscription « Avant tout, soyons Canadiens ». Au bas, de chaque côté de Cartier et placés en angle, deux groupes statuaires représentent les quatre provinces entrées dans la Confédération dès 1867. Tout en haut de la colonne pyramidale, la Renommée, figure féminine ailée, tend sa couronne de laurier au-dessus de la tête de Cartier, le pied posé sur une sphère. L’éclectisme prévaut dans ce monument, considéré le plus imposant monument de Montréal, conforme aux normes édictées par la sculpture commémorative européenne de la fin du XIXe siècle.
Événements associés
Avocat et homme d’État, sir George-Étienne Cartier naît à Saint-Antoine-sur-le-Richelieu en 1814 et décède à Londres en 1873. Il s’engage tôt dans le mouvement des Patriotes et prend une part active aux conflits de 1837-1838. Après un exil forcé aux États-Unis, il se fait élire en 1848 dans Verchères, comme député à l’Assemblée législative du Canada-Uni. Il est chef du Parti conservateur pendant 25 ans et premier ministre conjoint du Canada avec John Alexander Macdonald de 1858 à 1862. Il est reconnu comme l’un des « Pères » de la Confédération canadienne qui voit officiellement le jour le 1er juillet 1867.
George William Hill
George William Hill est né à Shipton dans les Cantons-de-l’Est, en 1862. Il apprend à tailler le marbre à sa sortie du collège, au sein de l’entreprise de son père. Entre 1889 et 1894, il quitte le Québec pour étudier la sculpture à Paris, à l’École nationale des beaux-arts et à l’académie Julian. De retour à Montréal, il ouvre un atelier et collabore avec l’architecte Robert Findlay et les frères Edward et William S. Maxwell. Reconnu pour ses monuments publics et ses mémoriaux de guerre, il est aujourd’hui considéré comme l’un des sculpteurs canadiens les plus importants du tournant du XXe siècle. Le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée du Québec et le Musée des beaux-arts de Montréal conservent de ses œuvres.
Présentation de l'oeuvre
Plusieurs propositions de monument à l’effigie de sir George-Étienne Cartier s’esquissent dans les années qui suivent son décès en 1873. Cependant, ce n’est qu’en 1912 qu’un concours national est lancé. Neuf sculpteurs s’y inscrivent, dont Alfred Laliberté et Georges William Hill. Il s’agit d’une commande exceptionnelle qui assure la consécration de l’artiste qui la réalisera, et c’est Hill qui l’emporte.

La composition de son monument s’articule autour de 18 personnages. Gardant les entrées avant et arrière du monument, quatre lions au repos symbolisent la puissance et la protection de l’Empire britannique. Ils sont postés sur des murets qui encadrent un emmarchement de deux volées donnant accès à une immense terrasse au centre de laquelle se déploient, autour d’une colonne pyramidale, les 18 figures de bronze. Sur la partie avant du monument, dominant les figures allégoriques, le personnage de sir George-Étienne Cartier est placé devant une tribune. Il est représenté debout, dans ses fonctions de parlementaire, un document à la main portant l’inscription « Avant tout, soyons Canadiens ». Au bas, de chaque côté de Cartier et placés en angle, deux groupes statuaires représentent les quatre provinces entrées dans la Confédération dès 1867. Tout en haut de la colonne pyramidale, la Renommée, figure féminine ailée, tend sa couronne de laurier au-dessus de la tête de Cartier, le pied posé sur une sphère. L’éclectisme prévaut dans ce monument, considéré le plus imposant monument de Montréal, conforme aux normes édictées par la sculpture commémorative européenne de la fin du XIXe siècle.
Événements associés
Avocat et homme d’État, sir George-Étienne Cartier naît à Saint-Antoine-sur-le-Richelieu en 1814 et décède à Londres en 1873. Il s’engage tôt dans le mouvement des Patriotes et prend une part active aux conflits de 1837-1838. Après un exil forcé aux États-Unis, il se fait élire en 1848 dans Verchères, comme député à l’Assemblée législative du Canada-Uni. Il est chef du Parti conservateur pendant 25 ans et premier ministre conjoint du Canada avec John Alexander Macdonald de 1858 à 1862. Il est reconnu comme l’un des « Pères » de la Confédération canadienne qui voit officiellement le jour le 1er juillet 1867.
George William Hill
George William Hill est né à Shipton dans les Cantons-de-l’Est, en 1862. Il apprend à tailler le marbre à sa sortie du collège, au sein de l’entreprise de son père. Entre 1889 et 1894, il quitte le Québec pour étudier la sculpture à Paris, à l’École nationale des beaux-arts et à l’académie Julian. De retour à Montréal, il ouvre un atelier et collabore avec l’architecte Robert Findlay et les frères Edward et William S. Maxwell. Reconnu pour ses monuments publics et ses mémoriaux de guerre, il est aujourd’hui considéré comme l’un des sculpteurs canadiens les plus importants du tournant du XXe siècle. Le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée du Québec et le Musée des beaux-arts de Montréal conservent de ses œuvres.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1919
Mode d'acquisition
Don par souscription publique
Date d'accession
1 janvier 1919
Technique(s)
Bronze coulé
Matériaux
Bronze; granit
Dimensions générales
25 x 30 x 30m
Fabricants
  • Brunet, Joseph / Les Ateliers Brunet
  • La compagnie des bronzes
  • Maxwell, Edward & William S.
  • Étienne, Louis-François
Monument à sir George-Étienne Cartier
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Parc du Mont-Royal