Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2018

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Michel de Broin r\u00e9alisera l\u2019\u0153uvre pour la diagonale pi\u00e9tonne du projet MIL Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/2020\/10\/michel-de-broin-realisera-loeuvre-pour-la-diagonale-pietonne-du-projet-mil-montreal\/","body_class":"single single-post postid-1416 single-format-standard artpublic adapt jsonStored query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/"}
Partager

Michel de Broin réalisera l’œuvre pour la diagonale piétonne du projet MIL Montréal

debroin4_dsc9440 debroin4_dsc9433

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet MIL Montréal (site Outremont et ses abords), Michel de Broin réalisera une œuvre d’art public fragmentée le long de la diagonale piétonne située entre les avenues Outremont et Querbes.

Sporophores se compose de 12 sculptures en bronze réparties le long de la diagonale piétonne, à proximité du nouveau parc Pierre-Dansereau. Les sculptures hybrides s’apparentent aux infrastructures urbaines dont elles semblent émerger. Elles se tordent, s’enroulent sur elles-mêmes et forment des nœuds, liant le passé industriel du site à la nouvelle vocation naturelle du réaménagement paysager. Dans le monde végétal, les sporophores sont les fruits des mycéliums, la partie visible d’un champignon. Les mycéliums sont des organismes souterrains interconnectés formant des réseaux complexes de distribution qui favorisent une communauté d’entraide et de mutualité entre les différents organismes vivants. Sur le site avoisinant le nouveau complexe des sciences de l’Université de Montréal, les sculptures s’inspirent de ces réseaux organiques dont l’observation récente a démontré comment ils précèdent les humains dans la mise en réseau et le partage.

Sculpteur montréalais, Michel de Broin explore, dans sa production, les intersections entre les systèmes technologiques, biologiques et physiques. En construisant des relations imprévues entre déchets, productivité, consommation et risque, de Broin remet en question la valeur d’usage et les associations d’objets et de symboles familiers. Son travail a été exposé au Québec, au Canada, en Europe. Plusieurs musées et collections publiques ont fait l’acquisition de ses œuvres, notamment le Musée des beaux-arts du Canada, la Art Gallery of Ontario, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée national des beaux-arts du Québec et la Ville de Montréal. Il a réalisé plusieurs œuvres d’art public dont Dendrites (Montréal, 2017), Interlude (Québec, 2016), Bloom (Calgary, 2015), Possibilities (Mississauga, 2012), Interlace (Changwong, 2012), Majestic (Nouvelle-Orléans, 2011), l’Arc (Montréal, 2009) et Révolutions (Montréal, 2003). En 2007, il a remporté le Sobey Art Award 2007. Il est représenté par la Galerie Division à Montréal.

Les autres finalistes désignés par le jury étaient Patrick Beaulieu, Ludovic Boney et Karine Payette.