Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2022

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Inauguration d’une nouvelle oeuvre d’art public","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/2022\/08\/inauguration-dune-nouvelle-oeuvre-dart-public\/","body_class":"single single-post postid-2113 single-format-standard artpublic adapt jsonStored query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/"}
Partager

Inauguration d’une nouvelle oeuvre d’art public

La collection d’art public de la Ville s’enrichit d’une nouvelle œuvre.

L’œuvre Réciprocités de Marie-Michelle Deschamps a été installée à la place des Arrimeurs dans Griffintown, dans l’arrondissement du Sud-Ouest (Au coin des intersections Guy, William et Ottawa)

Réciprocités, de l'artiste Marie-Michelle Deschamps

L’œuvre Réciprocités est composée d’une installation aux formes simples qui mettent en relation trois grandes arches en acier inoxydable et deux éléments de bronze: une frise suspendue où l’on retrouve des silhouettes de plantes découpées; et au sol, donnant l’impression de s’être détachée de l’une des arches en acier, une sculpture qui rappelle le fruit de l’asclépiade, une des plantes indigène. L’asclépiade est une plante qui défie le temps par l’intérêt que les autochtones, les explorateurs, les scientifiques, les ingénieurs et les entrepreneurs lui portent depuis toujours.

Les profilés tubulaires en acier inoxydables qui composent les trois arches mettent l’emphase directement sur le patrimoine industriel du quartier Griffintown. Ce sont les mêmes tubes que ceux utilisés dans les manufactures d’outillage, les industries chimiques et mécaniques et la construction navale. Réciprocités témoigne de cet échange, entre le passé industriel des environs et le renouveau qui est en cours actuellement dans le secteur. Cette œuvre vient célébrer la vie qui reprend son cours au sein d’un quartier florissant.

annexe-1-presentation-mmdeschamps-receprocite_4

Le travail de Marie-Michelle Deschamps explore les problématiques du processus de signification et dissèque, déconstruit et réinvente le langage pour mieux interroger la relation entre les mots et les choses, et ce, en donnant à voir entre les lignes du texte le langage comme expérience, comme espace habitable, et comme réservoir de formes esthétiques.

Marie-Michelle Deschamps détient une maîtrise en arts visuels de la Glasgow School of Art (Écosse). Elle a exposé à la Fonderie Darling (Montréal, Canada), à Ausstellungraum Klingenthal à Bâle (Suisse), au Musée d’art moderne de Luxembourg (Luxembourg), à Occidental Temporary à Paris (France) et la Galerie de l’UQO (Gatineau, Canada). Le travail de Marie-Michelle Deschamps se retrouve dans les collections permanentes du Musée d’art contemporain de Montréal (Canada), du Musée Voorlinden (Pays-Bas), de Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette (France), de la Glasgow School of the Arts Library (Écosse) et de la Caisse de dépôt et placement du Québec (Canada). Ses œuvres figurent également dans de nombreuses collections privées en France, au Canada, en Italie, en Grande-Bretagne et en Suisse. En 2019, elle est nominée au Prix Sobey pour les arts et devient récipiendaire du Programme de résidences Sobey à l’International Studio & Curatorial Program (ISCP) à New York.

Il s’agit de la première œuvre d’art public de l’artiste.

Réciprocités, de l'artiste Marie-Michelle Deschamps