Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Vire au vent","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/vire-au-vent\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/vire-au-vent\/"}
Partager
Partager
Gilles Boisvert

Vire au vent

1988
Présentation de l'oeuvre
Située au parc René-Lévesque, au carrefour du lac Saint-Louis, du fleuve et de la voie maritime, l’œuvre est une sculpture-girouette dont chacun des éléments s'inspire des aides à la navigation. Ainsi, la base reprend la forme des bouées et des phares. À son sommet, un grand cadre rouge est orienté très précisément nord-sud; il sert de rose des vents tout en délimitant l'horizon dans lequel évolue une silhouette mobile. Cette figure humaine qui se dédouble décrit la marche d'un homme. Accolée à son dos, une série de rectangles juxtaposés compose une aile d'oiseau qui capte le vent et fait pivoter la silhouette sur son axe. Nez au vent, l'homme en indique la direction tout comme une girouette. Le motif de l'aile est repris sur les quatre faces de la base. Le marcheur est une figure récurrente dans les œuvres de Gilles Boisvert. Ici, le tableau est démantelé, le personnage sort de son cadre et « prend le large ».
Événements associés
Réalisée au cours du symposium de sculpture « Un lieu », en 1988 à Lachine, l’œuvre est par la suite léguée à la Ville de Lachine par le Centre des arts contemporains du Québec à Montréal.
Gilles Boisvert
En 1958 et 1959, Gilles Boisvert étudie à l’École des beaux-arts de Montréal. Il complète par la suite sa formation par plusieurs stages, notamment auprès d’Albert Dumouchel. En 1966, il participe à l’exposition collective Présence des jeunes, au Musée d’art contemporain de Montréal. Au cours de sa carrière, il réalise de nombreux projets en art public, parmi lesquels Les oiseaux (1973), une murale de 27 m sur 3 m à la Maison de Radio-Canada à Montréal. Il compte à son actif près de 200 expositions personnelles et collectives.
Prix et distinctions
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1969
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1976
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1978
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1985
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1987
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1990
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1967
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1969
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1970
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1972
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1974
Présentation de l'oeuvre
Située au parc René-Lévesque, au carrefour du lac Saint-Louis, du fleuve et de la voie maritime, l’œuvre est une sculpture-girouette dont chacun des éléments s'inspire des aides à la navigation. Ainsi, la base reprend la forme des bouées et des phares. À son sommet, un grand cadre rouge est orienté très précisément nord-sud; il sert de rose des vents tout en délimitant l'horizon dans lequel évolue une silhouette mobile. Cette figure humaine qui se dédouble décrit la marche d'un homme. Accolée à son dos, une série de rectangles juxtaposés compose une aile d'oiseau qui capte le vent et fait pivoter la silhouette sur son axe. Nez au vent, l'homme en indique la direction tout comme une girouette. Le motif de l'aile est repris sur les quatre faces de la base. Le marcheur est une figure récurrente dans les œuvres de Gilles Boisvert. Ici, le tableau est démantelé, le personnage sort de son cadre et « prend le large ».
Événements associés
Réalisée au cours du symposium de sculpture « Un lieu », en 1988 à Lachine, l’œuvre est par la suite léguée à la Ville de Lachine par le Centre des arts contemporains du Québec à Montréal.
Gilles Boisvert
En 1958 et 1959, Gilles Boisvert étudie à l’École des beaux-arts de Montréal. Il complète par la suite sa formation par plusieurs stages, notamment auprès d’Albert Dumouchel. En 1966, il participe à l’exposition collective Présence des jeunes, au Musée d’art contemporain de Montréal. Au cours de sa carrière, il réalise de nombreux projets en art public, parmi lesquels Les oiseaux (1973), une murale de 27 m sur 3 m à la Maison de Radio-Canada à Montréal. Il compte à son actif près de 200 expositions personnelles et collectives.
Prix et distinctions
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1969
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1976
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1978
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1985
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1987
  • Subventions et bourses du Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1990
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1967
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1969
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1970
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1972
  • Subventions et bourses du Conseil des Arts du Canada, 1974
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1988
Mode d'acquisition
Transfert
Date d'accession
1 January 2002
Technique(s)
Soudage; boulonnage; peint
Matériaux
Acier brut, acier peint
Dimensions générales
495 x 610 x 295 cm
Fabricants
  • Boisvert, Gilles
Vire au vent
Arrondissement
Lachine
Parc
Parc René-Lévesque