Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | \u00c9cluses","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/ecluses\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/ecluses\/"}
Partager
Partager
Octavian Olariu

Écluses

1988
Présentation de l'oeuvre
Bien qu’abstraite, la sculpture d’Olariu évoque le mécanisme des écluses du canal de Lachine, situé à proximité, et rappelle le pivotement des portes munies de vannes qui permettent de régler le niveau de l'eau. En effet, l’œuvre est composée de quatre poutres d’acier inoxydable fichées à angle dans le sol, dans lesquelles sont imbriquées trois autres poutres orientées du côté opposé. Leur assemblage crée l'impression d'un mouvement articulé.

Après s’être d’abord consacré à la sculpture du bois, Olariu se tourne, à la fin des années 1980, vers l’acier inoxydable. Il en tirera plusieurs œuvres, dont Écluses, où il explore un répertoire de formes aux lignes épurées que ce matériau galvanise. L'imbrication de modules et l'articulation d'éléments entre eux se retrouvent fréquemment dans ces sculptures. Elles simulent un mouvement possible, une séquence. Ici, ce sont les installations de la voie navigable qui ont inspiré l’artiste. Comme dans d’autres de ses œuvres d’art public, Olariu a structuré les éléments, de telle sorte qu'ils semblent posséder une qualité mécanique ou une force dynamique susceptible d'entraîner la modification de leur forme.
Événements associés
Réalisée à l’occasion du symposium de sculpture « Un lieu » à Lachine en 1988, l’œuvre est par la suite léguée à la Ville de Lachine par le Centre des arts contemporains du Québec à Montréal.
Octavian Olariu
D’origine roumaine, Octavian Olariu vit et travaille à Montréal depuis 1980. Il a étudié à l’institut des beaux-arts « Ion Andreescu » de Cluj, en Roumanie. En 1978, il était l’invité d’honneur à la Biennale de Venise, où il a présenté 10 sculptures en bois. Il est également reconnu pour avoir réalisé, en 1989, la plus grande sculpture monoxyle (faite d'une seule pièce de bois) du monde, à Osopo, en Italie. Olariu a participé à de nombreux symposiums aux quatre coins du monde, et ses œuvres font partie de plusieurs collections publiques et privées.
Prix et distinctions
  • Prix Ionel Jianu de l'Académie Roumaine-Américaine, 1993
Présentation de l'oeuvre
Bien qu’abstraite, la sculpture d’Olariu évoque le mécanisme des écluses du canal de Lachine, situé à proximité, et rappelle le pivotement des portes munies de vannes qui permettent de régler le niveau de l'eau. En effet, l’œuvre est composée de quatre poutres d’acier inoxydable fichées à angle dans le sol, dans lesquelles sont imbriquées trois autres poutres orientées du côté opposé. Leur assemblage crée l'impression d'un mouvement articulé.

Après s’être d’abord consacré à la sculpture du bois, Olariu se tourne, à la fin des années 1980, vers l’acier inoxydable. Il en tirera plusieurs œuvres, dont Écluses, où il explore un répertoire de formes aux lignes épurées que ce matériau galvanise. L'imbrication de modules et l'articulation d'éléments entre eux se retrouvent fréquemment dans ces sculptures. Elles simulent un mouvement possible, une séquence. Ici, ce sont les installations de la voie navigable qui ont inspiré l’artiste. Comme dans d’autres de ses œuvres d’art public, Olariu a structuré les éléments, de telle sorte qu'ils semblent posséder une qualité mécanique ou une force dynamique susceptible d'entraîner la modification de leur forme.
Événements associés
Réalisée à l’occasion du symposium de sculpture « Un lieu » à Lachine en 1988, l’œuvre est par la suite léguée à la Ville de Lachine par le Centre des arts contemporains du Québec à Montréal.
Octavian Olariu
D’origine roumaine, Octavian Olariu vit et travaille à Montréal depuis 1980. Il a étudié à l’institut des beaux-arts « Ion Andreescu » de Cluj, en Roumanie. En 1978, il était l’invité d’honneur à la Biennale de Venise, où il a présenté 10 sculptures en bois. Il est également reconnu pour avoir réalisé, en 1989, la plus grande sculpture monoxyle (faite d'une seule pièce de bois) du monde, à Osopo, en Italie. Olariu a participé à de nombreux symposiums aux quatre coins du monde, et ses œuvres font partie de plusieurs collections publiques et privées.
Prix et distinctions
  • Prix Ionel Jianu de l'Académie Roumaine-Américaine, 1993
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1988
Mode d'acquisition
Transfert
Date d'accession
1 January 2002
Technique(s)
Soudé
Matériaux
Acier inoxydable
Dimensions générales
415 x 111 x 135 cm
Écluses
Arrondissement
Lachine
Parc
Parc René-Lévesque