Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | R\u00e9volutions","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/revolutions\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/revolutions\/"}
Partager
Partager
Michel De Broin

Révolutions

2003
Présentation de l'oeuvre
Révolutions synthétise des références visuelles spécifiques du quartier. À la référence évidente aux typiques escaliers extérieurs montréalais s’ajoutent l’escalier de la station de métro qui se trouve sous l’œuvre, les structures de métal du pont Jacques-Cartier et les manèges du parc d’attractions La Ronde situés à proximité. La sculpture d’aluminium évoque par ailleurs des symboles universels comme ceux du recyclage (anneau de Möbius) et de l’infini, de même que l’histoire de l’art à travers l’œuvre Monument à la IIIe Internationale de Vladimir Tatline.

En multipliant les références, l’escalier noué se pose comme une énigme dans le lieu. L’œuvre est un passage de l’utile à l’inutile, du réel au poétique, du banal au sublime. C’est une « révolution » dans le sens d’un mouvement cyclique et continu qui tourne sur lui-même.

L’artiste, qui intervient fréquemment dans l’espace public montréalais par ses œuvres permanentes et temporaires, laisse généralement poindre un sens politique par la métaphore. Dialoguant ici avec les deux sens du mot « révolution », l’œuvre peut être comprise comme un parti pris pour le changement dans la continuité plutôt que dans la rupture. Pour de Broin, « l’escalier fait penser à ce qui revient sans se répéter, transformé dans son cycle. Chacun peut se projeter dans cet espace courbe et entrer dans le jeu des révolutions » (2003).
Événements associés
L’œuvre Révolutions couronne le projet de transformation du parc Maisonneuve-Cartier par le Service des parcs, jardins et espaces verts effectué, en 2000, à la suite de la construction par la Société de transport de Montréal d'un nouvel édicule de métro pour la station Papineau.
Michel De Broin
Natif de Montréal, Michel de Broin détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia (1995) et une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (1997). Ayant exposé tant sur la scène nationale qu’internationale, il réalise plusieurs œuvres d’art public temporaires et permanentes dont l’œuvre Dendrites (2016) au parc Kirchberg (Luxembourg). L’artiste utilise la métaphore pour proposer des réflexions sur les sphères publique, sociale et politique.
Prix et distinctions
  • Le Prix Sobey Art, 2007
  • Le Prix Reconnaissance UQAM, 2006
  • Le prix Québec-Capitale, fondation Découverte, 1998
  • lauréat/lauréate, Prix Pierre-Ayot, 2002
  • Prix Graff, 2006
Présentation de l'oeuvre
Révolutions synthétise des références visuelles spécifiques du quartier. À la référence évidente aux typiques escaliers extérieurs montréalais s’ajoutent l’escalier de la station de métro qui se trouve sous l’œuvre, les structures de métal du pont Jacques-Cartier et les manèges du parc d’attractions La Ronde situés à proximité. La sculpture d’aluminium évoque par ailleurs des symboles universels comme ceux du recyclage (anneau de Möbius) et de l’infini, de même que l’histoire de l’art à travers l’œuvre Monument à la IIIe Internationale de Vladimir Tatline.

En multipliant les références, l’escalier noué se pose comme une énigme dans le lieu. L’œuvre est un passage de l’utile à l’inutile, du réel au poétique, du banal au sublime. C’est une « révolution » dans le sens d’un mouvement cyclique et continu qui tourne sur lui-même.

L’artiste, qui intervient fréquemment dans l’espace public montréalais par ses œuvres permanentes et temporaires, laisse généralement poindre un sens politique par la métaphore. Dialoguant ici avec les deux sens du mot « révolution », l’œuvre peut être comprise comme un parti pris pour le changement dans la continuité plutôt que dans la rupture. Pour de Broin, « l’escalier fait penser à ce qui revient sans se répéter, transformé dans son cycle. Chacun peut se projeter dans cet espace courbe et entrer dans le jeu des révolutions » (2003).
Événements associés
L’œuvre Révolutions couronne le projet de transformation du parc Maisonneuve-Cartier par le Service des parcs, jardins et espaces verts effectué, en 2000, à la suite de la construction par la Société de transport de Montréal d'un nouvel édicule de métro pour la station Papineau.
Michel De Broin
Natif de Montréal, Michel de Broin détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia (1995) et une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (1997). Ayant exposé tant sur la scène nationale qu’internationale, il réalise plusieurs œuvres d’art public temporaires et permanentes dont l’œuvre Dendrites (2016) au parc Kirchberg (Luxembourg). L’artiste utilise la métaphore pour proposer des réflexions sur les sphères publique, sociale et politique.
Prix et distinctions
  • Le Prix Sobey Art, 2007
  • Le Prix Reconnaissance UQAM, 2006
  • Le prix Québec-Capitale, fondation Découverte, 1998
  • lauréat/lauréate, Prix Pierre-Ayot, 2002
  • Prix Graff, 2006
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
2003
Mode d'acquisition
Commande publique de la Ville de Montréal
Date d'accession
17 January 2003
Matériaux
Aluminium; acier galvanisé
Dimensions générales
850 x 500 cm
Fabricants
  • Dumontier, Louis / Infravert
  • NCK Inc
  • Bourgault, Che
  • Labelle, Guillaume
  • L & G Cloutier
Révolutions
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Parc Maisonneuve-Cartier