Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Fontaine Wallace","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/fontaine-wallace\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/fontaine-wallace\/"}
Partager
Partager
Charles-Auguste Lebourg

Fontaine Wallace

1872
Présentation de l'oeuvre
La fontaine est présentée aux jardins des Floralies du parc Jean-Drapeau, sur l’île Notre-Dame. Réalisée en fonte de fer, elle se compose de six éléments principaux : un piédestal, quatre cariatides et un dôme. De style néorenaissance et de forme quadrangulaire, le piédestal présente sur chacune de ses faces un trident et un dauphin stylisés, alors que chacun des angles forme à la base une voûte terminée d'un coquillage. Au sommet, quatre cariatides, coiffées d'une volute, supportent le dôme et cachent la vasque dans laquelle s'écoule le jet d'eau. Recouvert d'un motif en écailles de dragon et ponctué de divers éléments décoratifs, le dôme reprend en couronnement le thème des dauphins du piédestal.

Les cariatides, supports en forme de statue féminine, représentent la simplicité, la bonté, la sobriété et la charité. Ce sont les sœurs jumelles des trois Grâces, divinités de l'Antiquité dont l'histoire de l'art regorge de représentations. Celles-ci s'inspirent d'une œuvre du XVIe siècle, du sculpteur français Germain Pilon, qui fait partie du monument funéraire d'Henri II.

Créées afin de fournir aux passants un accès gratuit à l’eau potable, les fontaines Wallace témoignent de l'importance du phénomène de la mécanisation et de l'industrialisation à l'époque victorienne. Désormais, par la fabrication en série et par la copie, non seulement les objets d'art deviennent-ils accessibles à la population, mais en reprenant les modèles consacrés par l'histoire, ils peuvent prétendre au beau.
Événements associés
En 1871, boulevard de la Villette, à Paris, on inaugure la première fontaine Wallace. Elle porte le nom de son donateur à la Ville de Paris, Sir Richard Wallace, grand philanthrope et amateur d'art d'origine britannique. Une centaine seront installées à Paris, à partir de deux modèles créés par le sculpteur Charles-Auguste Lebourg. Aujourd'hui, une quarantaine sont toujours en bon état, et celle que possède la Ville de Montréal correspond au modèle le plus répandu. Elle a été offerte par la Ville de Paris à la Ville de Montréal en 1980, à l’occasion des Floralies.
Charles-Auguste Lebourg
Né à Nantes en 1829, Lebourg fait ses débuts dans l’atelier du sculpteur de renom François Rude. Il le quitte pour se lancer dans sa propre production qui compte presque essentiellement des bustes. Bien qu’il expose régulièrement dans les salons, ce sont ses dessins des fontaines Wallace qui lui vaudront sa notoriété. Il meurt à Paris en 1906.
Présentation de l'oeuvre
La fontaine est présentée aux jardins des Floralies du parc Jean-Drapeau, sur l’île Notre-Dame. Réalisée en fonte de fer, elle se compose de six éléments principaux : un piédestal, quatre cariatides et un dôme. De style néorenaissance et de forme quadrangulaire, le piédestal présente sur chacune de ses faces un trident et un dauphin stylisés, alors que chacun des angles forme à la base une voûte terminée d'un coquillage. Au sommet, quatre cariatides, coiffées d'une volute, supportent le dôme et cachent la vasque dans laquelle s'écoule le jet d'eau. Recouvert d'un motif en écailles de dragon et ponctué de divers éléments décoratifs, le dôme reprend en couronnement le thème des dauphins du piédestal.

Les cariatides, supports en forme de statue féminine, représentent la simplicité, la bonté, la sobriété et la charité. Ce sont les sœurs jumelles des trois Grâces, divinités de l'Antiquité dont l'histoire de l'art regorge de représentations. Celles-ci s'inspirent d'une œuvre du XVIe siècle, du sculpteur français Germain Pilon, qui fait partie du monument funéraire d'Henri II.

Créées afin de fournir aux passants un accès gratuit à l’eau potable, les fontaines Wallace témoignent de l'importance du phénomène de la mécanisation et de l'industrialisation à l'époque victorienne. Désormais, par la fabrication en série et par la copie, non seulement les objets d'art deviennent-ils accessibles à la population, mais en reprenant les modèles consacrés par l'histoire, ils peuvent prétendre au beau.
Événements associés
En 1871, boulevard de la Villette, à Paris, on inaugure la première fontaine Wallace. Elle porte le nom de son donateur à la Ville de Paris, Sir Richard Wallace, grand philanthrope et amateur d'art d'origine britannique. Une centaine seront installées à Paris, à partir de deux modèles créés par le sculpteur Charles-Auguste Lebourg. Aujourd'hui, une quarantaine sont toujours en bon état, et celle que possède la Ville de Montréal correspond au modèle le plus répandu. Elle a été offerte par la Ville de Paris à la Ville de Montréal en 1980, à l’occasion des Floralies.
Charles-Auguste Lebourg
Né à Nantes en 1829, Lebourg fait ses débuts dans l’atelier du sculpteur de renom François Rude. Il le quitte pour se lancer dans sa propre production qui compte presque essentiellement des bustes. Bien qu’il expose régulièrement dans les salons, ce sont ses dessins des fontaines Wallace qui lui vaudront sa notoriété. Il meurt à Paris en 1906.
Détails
Variation du titre
Fontaine des Vosges
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1872
Mode d'acquisition
Don
Technique(s)
Moulé; boulonné; peint
Matériaux
Fonte
Dimensions générales
275 cm x 82 x 82 cm
Fabricants
  • Barbezat, fonderie de Sommevoir
Fontaine Wallace
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Parc Jean-Drapeau, Île Notre-Dame