Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Les clochards c\u00e9lestes","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/les-clochards-celestes\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/les-clochards-celestes\/"}
Partager
Partager
Pierre Yves Angers

Les clochards célestes

1983
Présentation de l'oeuvre
Au centre du parc Miville-Couture, trois immenses figures en ciment blanc font face au boulevard René-Lévesque. Elles incarnent un mouvement d’élévation : les deux personnages debout tentent de relever le troisième assis devant eux tout en lui pointant le ciel.

Le titre de l’œuvre, emprunté au roman de Jack Kerouac, dresse un parallèle entre la dure réalité de l’itinérance et l’exploration spirituelle de ces voyageurs de la beat generation. La dédicace qui accompagne la sculpture insiste sur cette sensibilité spirituelle portée par les œuvres de Kerouac et Angers : « À tous ceux et celles pour qui la réalité quotidienne n’est constituée que de l’inlassable quête de l’essentiel. »

Ainsi, Les clochards célestes ne témoignent pas uniquement du projet social de la Maison du Père située à proximité. La sculpture se veut un hommage à toutes les formes d’entraide en vue d’améliorer les conditions de vie des personnes itinérantes. Elle souligne que la bienfaisance, la fraternité et la solidarité caractérisent aussi le quartier. Finalement, elle rappelle aux passants la puissance de l’homme et sa capacité de résilience. Comme le résume l’artiste, « l’homme reste au centre de l’univers puisqu’il a le pouvoir de parfaire ou de détruire son environnement, le sien et celui des autres êtres vivants ».
Événements associés
L’œuvre est le résultat d’un projet initié par l’abbé Guy Gosselin de la paroisse Saint-Roch, en collaboration avec Emploi et Immigration Canada. Exposée au Vieux-Port de Montréal à l’été 1983, puis déménagée à son emplacement permanent au parc Miville-Couture, cette œuvre « représente l’action quotidienne de la Maison du Père, l’entraide et le support des plus démunis de Montréal 1 ». 1: Entente entre le ministère du Travail et l’abbé Gosselin, 27 mai 1983.
Pierre Yves Angers
Pierryves Angers est né à Montréal, en 1949. À la suite de ses études en arts au cégep du Vieux Montréal, il expose à plusieurs reprises à Montréal et à New York. Il est également vice-président du Conseil de la sculpture de 1988 à 1990.

Le sculpteur s’intéresse à la morphologie du corps humain. Les deux œuvres qui se trouvent dans l’espace public montréalais, Le malheureux magnifique et Les clochards célestes, rendent compte de ces préoccupations esthétiques.
Présentation de l'oeuvre
Au centre du parc Miville-Couture, trois immenses figures en ciment blanc font face au boulevard René-Lévesque. Elles incarnent un mouvement d’élévation : les deux personnages debout tentent de relever le troisième assis devant eux tout en lui pointant le ciel.

Le titre de l’œuvre, emprunté au roman de Jack Kerouac, dresse un parallèle entre la dure réalité de l’itinérance et l’exploration spirituelle de ces voyageurs de la beat generation. La dédicace qui accompagne la sculpture insiste sur cette sensibilité spirituelle portée par les œuvres de Kerouac et Angers : « À tous ceux et celles pour qui la réalité quotidienne n’est constituée que de l’inlassable quête de l’essentiel. »

Ainsi, Les clochards célestes ne témoignent pas uniquement du projet social de la Maison du Père située à proximité. La sculpture se veut un hommage à toutes les formes d’entraide en vue d’améliorer les conditions de vie des personnes itinérantes. Elle souligne que la bienfaisance, la fraternité et la solidarité caractérisent aussi le quartier. Finalement, elle rappelle aux passants la puissance de l’homme et sa capacité de résilience. Comme le résume l’artiste, « l’homme reste au centre de l’univers puisqu’il a le pouvoir de parfaire ou de détruire son environnement, le sien et celui des autres êtres vivants ».
Événements associés
L’œuvre est le résultat d’un projet initié par l’abbé Guy Gosselin de la paroisse Saint-Roch, en collaboration avec Emploi et Immigration Canada. Exposée au Vieux-Port de Montréal à l’été 1983, puis déménagée à son emplacement permanent au parc Miville-Couture, cette œuvre « représente l’action quotidienne de la Maison du Père, l’entraide et le support des plus démunis de Montréal 1 ». 1: Entente entre le ministère du Travail et l’abbé Gosselin, 27 mai 1983.
Pierre Yves Angers
Pierryves Angers est né à Montréal, en 1949. À la suite de ses études en arts au cégep du Vieux Montréal, il expose à plusieurs reprises à Montréal et à New York. Il est également vice-président du Conseil de la sculpture de 1988 à 1990.

Le sculpteur s’intéresse à la morphologie du corps humain. Les deux œuvres qui se trouvent dans l’espace public montréalais, Le malheureux magnifique et Les clochards célestes, rendent compte de ces préoccupations esthétiques.
Détails
Variation du titre
Monumental III
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1983
Mode d'acquisition
Cession
Date d'accession
7 May 2010
Technique(s)
Assemblé; cimenté; peint
Matériaux
Ciment; fer; peinture
Dimensions générales
640 x 250 x 420 cm
Fabricants
  • Angers, Pierre Yves
  • Page, Louise
  • Renaud, Francine
  • Brouillard, Raymond
  • Ratelle, Louise
Les clochards célestes
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Parc Miville-Couture