Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | La joie","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/la-joie\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/la-joie\/"}
Partager
Partager
Mario Merola

La joie

1960
Présentation de l'oeuvre
La joie consiste en une murale abstraite qui se trouve au-dessus des portes de l’entrée principale du centre Pierre-Charbonneau.

De taille monumentale, cette murale polychrome en béton peint à l’acrylique est composée de formes géométriques simples. La couleur, un élément important dans les murales de l’artiste, participe pleinement à la composition de cette œuvre qui vibre suivant les rythmes des formes juxtaposées. Malgré l’absence de profondeur de champ dans la composition, une analyse rapprochée de l’œuvre permet de constater un travail de modelage qui accentue l’effet vibratoire de l’ensemble. Merola intègre ainsi une dimension sculpturale qui l’amène à s’inscrire dans la tradition du bas-relief, tradition ainsi actualisée par l’esthétique moderniste de l’abstraction géométrique.

Comme le rapporte l’historienne d’art Danielle Doucet, l’œuvre fait partie d’une série de six murales (réalisées de 1960 à 1961), où l’artiste expérimente la peinture acrylique sur béton ou plâtre. Outre celle du centre Pierre-Charbonneau, ces autres œuvres se trouvent aux écoles Louis-Hippolyte-Lafontaine à Boucherville, Marie-Victorin à Varennes, Saint-Vincent à Saint-Césaire, à Otterburn Park ainsi qu’à l’hôtel de ville de Greenfield Park.

(Source : Danielle Doucet, « Art public moderne au Québec sous Maurice Duplessis : Les œuvres murales non commémoratives », dans The Journal of Canadian Art History / Annales d’histoire de l’art canadien, 10, no 2, 1998, p. 67)
Événements associés
L’œuvre a été intégrée à l’architecture du Centre sportif du parc Maisonneuve, également nommé le Centre d’entraînement de la police, au moment de sa construction en 1960. L’édifice est aujourd’hui connu sous le nom de centre Pierre-Charbonneau.
Mario Merola
Né en 1931, Mario Merola étudie à l’École des beaux-arts de Montréal de 1946 à 1952, où il s’intéresse à la décoration auprès du peintre Maurice Raymond. En 1952, il se déplace en France pour y suivre un cours de scénographie à l’École supérieure des arts décoratifs de Paris. Il fréquente ensuite l’atelier Place des arts avant d’être engagé comme dessinateur de costumes à Radio-Canada. À partir de 1957, Merola réalise de nombreuses murales intégrées à l’architecture – dont celle du pavillon canadien de l’Exposition universelle de Bruxelles ou encore celles des stations de métro Sherbrooke et Charlevoix –, en plus de lutter pour la reconnaissance professionnelle des artistes.
Prix et distinctions
  • Académie Royale du Canada, 1977
  • Premier prix, Concours national pour l'exécution d'une murale au Pavillon du Canada à l'Exposition Universelle de Bruxelles., 1957
  • Boursier du Gouvernement français, études à l'École Supérieure des Arts décoratifs de Paris., 1952
Détails
Variation du titre
Murale peinte
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Techniques mixtes
Nom de la collection
Intégration à l'architecture
Date de fin de production
1960
Mode d'acquisition
Intégration des arts à l'architecture
Date d'accession
23 juin 1960
Technique(s)
Modelage; peinture
Matériaux
Gesso; béton
Dimensions générales
254 x 1234,5 x 10
Mediums
  • Acrylique
  • Latex
  • Peinture
Fabricants
  • Lambert, Paul
  • Fitzgibbon, Jean-Paul / Compagnie de construction Omega Limitée
  • Van De Walle, Hubert
La joie
Arrondissement
Mercier–Hochelaga-Maisonneuve
Bâtiment
Centre Pierre-Charbonneau
Adresse civique
3000 Rue Viau, Montréal, QC H1V 3J3