Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | L'attente","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/lattente\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/lattente\/"}
Partager
Partager
Guillaume Lachapelle

L'attente

2009
Présentation de l'oeuvre
Au cœur de l’ancienne aire de pique-nique du parc Belmont, une auto tamponneuse esseulée est confinée dans un enclos d’aluminium visiblement trop petit pour l’accueillir. La structure est munie de montagnes russes miniatures en guise de faîteau sur lesquelles deux façades d’immeubles de laiton et de bronze semblent servir de voitures. L’œuvre ludique déploie des éléments figuratifs afin d’illustrer l’ancienne fonction du lieu et de souligner l’importance qu’il a eue dans le quartier.

Abandonnée dans ce vaste espace, L’attente reconstitue avec nostalgie le passé par un jeu sur l’échelle, le temps et l’absence. Le petit pavillon circonscrit l’auto tamponneuse de manière à accentuer l’inutilité de l’objet lorsque disposé seul. En outre, le contraste des proportions est accentué par la présence de ce manège en format maquette, rappelant que la sculpture trouve d’abord et avant tout sa pertinence dans sa fonction symbolique. Les édifices font pour leur part écho au développement immobilier environnant, soulignant que la superficie du parc Belmont actuel est beaucoup plus petite que celle du parc d’attractions qui l’a précédé.

Enfin, l’ensemble de la composition agit comme un rappel métonymique qui incite à reconstruire ce que la sculpture ne peut représenter. Selon Lachapelle, « l’œuvre devient l’expression d’une friction entre la réalité et un monde fantasmé, une difficile rencontre entre désirs et contraintes1 ».

1: Guillaume Lachapelle, dépôt de projet, 2008.
Événements associés
L’œuvre rend hommage au parc Belmont, ce parc d’attractions de Cartierville en exploitation de 1923 à 1983. Le lieu mythique a accueilli au cours de son existence plus de 25 millions de visiteurs. Il a été le théâtre de divertissements de toutes sortes et d’émotions fortes vécues en famille, qui ont marqué la mémoire collective des Montréalais. L’attente résulte d’une commande publique de la Ville de Montréal soulignant le 25e anniversaire de la fermeture du parc.
Guillaume Lachapelle
Guillaume Lachapelle a obtenu son baccalauréat en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal en 1998. Depuis, plusieurs de ses expositions ont été remarquées par la critique, dont En pure perte (2009) et Machinations (2010). L’artiste est également accessoiriste et sculpteur de décors pour les productions télévisuelles, cinématographiques et théâtrales. L’attente est sa première œuvre d’art public.
Présentation de l'oeuvre
Au cœur de l’ancienne aire de pique-nique du parc Belmont, une auto tamponneuse esseulée est confinée dans un enclos d’aluminium visiblement trop petit pour l’accueillir. La structure est munie de montagnes russes miniatures en guise de faîteau sur lesquelles deux façades d’immeubles de laiton et de bronze semblent servir de voitures. L’œuvre ludique déploie des éléments figuratifs afin d’illustrer l’ancienne fonction du lieu et de souligner l’importance qu’il a eue dans le quartier.

Abandonnée dans ce vaste espace, L’attente reconstitue avec nostalgie le passé par un jeu sur l’échelle, le temps et l’absence. Le petit pavillon circonscrit l’auto tamponneuse de manière à accentuer l’inutilité de l’objet lorsque disposé seul. En outre, le contraste des proportions est accentué par la présence de ce manège en format maquette, rappelant que la sculpture trouve d’abord et avant tout sa pertinence dans sa fonction symbolique. Les édifices font pour leur part écho au développement immobilier environnant, soulignant que la superficie du parc Belmont actuel est beaucoup plus petite que celle du parc d’attractions qui l’a précédé.

Enfin, l’ensemble de la composition agit comme un rappel métonymique qui incite à reconstruire ce que la sculpture ne peut représenter. Selon Lachapelle, « l’œuvre devient l’expression d’une friction entre la réalité et un monde fantasmé, une difficile rencontre entre désirs et contraintes1 ».

1: Guillaume Lachapelle, dépôt de projet, 2008.
Événements associés
L’œuvre rend hommage au parc Belmont, ce parc d’attractions de Cartierville en exploitation de 1923 à 1983. Le lieu mythique a accueilli au cours de son existence plus de 25 millions de visiteurs. Il a été le théâtre de divertissements de toutes sortes et d’émotions fortes vécues en famille, qui ont marqué la mémoire collective des Montréalais. L’attente résulte d’une commande publique de la Ville de Montréal soulignant le 25e anniversaire de la fermeture du parc.
Guillaume Lachapelle
Guillaume Lachapelle a obtenu son baccalauréat en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal en 1998. Depuis, plusieurs de ses expositions ont été remarquées par la critique, dont En pure perte (2009) et Machinations (2010). L’artiste est également accessoiriste et sculpteur de décors pour les productions télévisuelles, cinématographiques et théâtrales. L’attente est sa première œuvre d’art public.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
2009
Mode d'acquisition
Commande publique de la ville de Montréal (Concours par avis public)
Date d'accession
26 January 2009
Technique(s)
Assemblé; soudé; vissé
Matériaux
Aluminum ; béton ; laiton ; bronze
Dimensions générales
411 x 258 x 258 cm
Fabricants
  • Bernard, Claude / Formaviva Inc.
  • Ladouceur, Jacques / Conception & réalisation JL Enr.
  • Fonderie d'art d'Inverness Inc.
  • Ménard, François
  • Thyssenkrupp Materials
  • C.F.F. Speciality Metals
  • Ancrage canadiens Hegedus Ltée
  • Industries Desormeau Inc.
  • Cintube Ltée
  • Terramex
L'attente
Arrondissement
Ahuntsic-Cartierville
Parc
Parc Belmont