Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Le carrousel sauvage","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/le-carrousel-sauvage\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/le-carrousel-sauvage\/"}
Partager
Partager
Louis Chavignier

Le carrousel sauvage

1964
Présentation de l'oeuvre
Sur une dalle de béton ovale au sommet d’un monticule boisé du parc du Mont-Royal, un édicule formé de cinq monolithes de calcaire supportant un anneau se présente comme un pavillon d’amoureux. Au pourtour sont disposés çà et là douze fragments de pierre qui semblent égarés à la manière de ruines d’un temple. L’œuvre aménage un lieu de rencontre où les pierres, pouvant servir de tables et de chaises, sont propices aux discussions.

Les citations d’architectures de civilisations anciennes sont nombreuses dans l’œuvre. Les menhirs, dolmens, cromlechs et tombeaux sont évoqués avec nostalgie par ces pierres marquant la pérennité du geste de l’homme qui ne vainc la mort que par la création artistique. « Je ne veux pas séduire, je veux inquiéter », résume l’artiste sur l’effet d’étrangeté produit par ces singulières évocations.

Le titre suggère en revanche quelque chose de magique dans la composition, une sorte de manège emportant les spectateurs dans un espace autre où les règles ne sont pas celles de la vie réelle. Par sa circularité et sa verticalité, Le carrousel sauvage s’inscrit explicitement dans la série « manèges » que l’artiste élabore entre 1962 et 1969.
Événements associés
L’œuvre Le carrousel sauvage a été réalisée pour le Symposium international de sculpture de Montréal (1964), le premier tenu en Amérique du Nord. Le concept, né quelques années plus tôt en Europe, a pour but de permettre aux artistes de créer des sculptures monumentales dans une perspective de rencontres avec le public, en plus de munir les espaces publics d’œuvres d’envergure internationale. Instauré par le sculpteur Robert Roussil, ce symposium a rassemblé 11 sculpteurs de 9 pays et plus de 40 000 visiteurs. Il est perçu comme l’un des événements ayant permis de faire entrer le Québec dans la modernité artistique et culturelle.
Louis Chavignier
Louis Emmanuel Chavignier (1922-1972) est un sculpteur français de réputation internationale. Après un bref passage à l’École nationale des beaux-arts de Paris, il commence sa carrière au Louvre, où il restaure des antiquités égyptiennes et chaldéennes. C’est durant les années 1950 que Chavignier commence à créer ses propres œuvres influencées de son travail de restaurateur.

On lui doit plusieurs œuvres d’art public et d’intégration de l’art à l’architecture en France, notamment à Vitry-sur-Seine et à Blanc-Mesnil. Il est également possible d’admirer l’œuvre Le vaisseau lunaire qu’il a réalisé pour Expo 67, à Sherbrooke sur la rive du lac des Nations.
Prix et distinctions
  • Officier de l'Ordre des arts et lettres, France, 1972
  • Chevalier de l'Ordre des arts et lettres, France, 1962
  • prix André Susse de sculpture, 1957
  • prix Fénéon de sculpture, 1952
Détails
Variation du titre
Le carrousel sauvage (SISM-64) Le manège d'amour
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1964
Mode d'acquisition
Achat
Date d'accession
23 mars 1966
Technique(s)
Taillé; assemblé
Matériaux
Calcaire; béton
Dimensions générales
315 x 1828 cm
Le carrousel sauvage
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Parc du Mont-Royal