Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Monument \u00e0 Jean-Olivier Ch\u00e9nier","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/monument-a-jean-olivier-chenier\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/monument-a-jean-olivier-chenier\/"}
Partager
Partager
Alfonso Pelzer

Monument à Jean-Olivier Chénier

1891
Présentation de l'oeuvre
Ce monument à l’effigie de Jean-Olivier Chénier joue un rôle historique important à la mémoire des Patriotes. Il prend place au square Viger, aux abords des rues Saint-Denis et Saint-Antoine.

Vêtu d'une redingote et portant la ceinture fléchée des Patriotes, armé d'un mousquet et d'un pistolet, sa corne à poudre en bandoulière, le personnage dans un mouvement vers l'avant, tendant le bras au loin, semble indiquer la voie à suivre aux combattants dont il est le général. L'œuvre est réalisée en feuilles de cuivre repoussées sur une âme de métal, elle est montée sur un socle de granit rose. Les objets remplacés au moment de la restauration sont en résine.
Événements associés
L’œuvre a été réalisée à l’occasion des célébrations du 250e anniversaire de la Ville de Montréal. Il s’agit du premier monument à la mémoire de Jean-Olivier Chénier. Le médecin de Saint-Eustache, engagé dans le mouvement des Patriotes, est général en chef du comté des Deux-Montagnes. Alors que Louis-Joseph Papineau prône la modération, Chénier en appelle aux armes. Dès lors, sa tête est mise à prix. En décembre 1837, il commande quelque 200 hommes, retranchés principalement dans l'église, le presbytère et le couvent de Saint-Eustache, pour résister à l'armée britannique. Ses hommes seront rapidement neutralisés par les troupes britanniques, dont la victoire met fin à la rébellion de 1837. Il est lui-même tué au moment où il tente de sortir de l'église en flammes, le 14 décembre 1837.
Alfonso Pelzer
Né en Allemagne, Alfonso Pelzer arrive aux États-Unis au début des années 1890. Il travaille comme fondeur pour le compte de la compagnie W. H. Mullins, à Salem en Ohio. En plus du Monument à Jean-Olivier Chénier, on ne lui connaît qu’une autre réalisation, une statue d’Abraham Lincoln au New Jersey. De retour en Allemagne, il décède en 1904.
Présentation de l'oeuvre
Ce monument à l’effigie de Jean-Olivier Chénier joue un rôle historique important à la mémoire des Patriotes. Il prend place au square Viger, aux abords des rues Saint-Denis et Saint-Antoine.

Vêtu d'une redingote et portant la ceinture fléchée des Patriotes, armé d'un mousquet et d'un pistolet, sa corne à poudre en bandoulière, le personnage dans un mouvement vers l'avant, tendant le bras au loin, semble indiquer la voie à suivre aux combattants dont il est le général. L'œuvre est réalisée en feuilles de cuivre repoussées sur une âme de métal, elle est montée sur un socle de granit rose. Les objets remplacés au moment de la restauration sont en résine.
Événements associés
L’œuvre a été réalisée à l’occasion des célébrations du 250e anniversaire de la Ville de Montréal. Il s’agit du premier monument à la mémoire de Jean-Olivier Chénier. Le médecin de Saint-Eustache, engagé dans le mouvement des Patriotes, est général en chef du comté des Deux-Montagnes. Alors que Louis-Joseph Papineau prône la modération, Chénier en appelle aux armes. Dès lors, sa tête est mise à prix. En décembre 1837, il commande quelque 200 hommes, retranchés principalement dans l'église, le presbytère et le couvent de Saint-Eustache, pour résister à l'armée britannique. Ses hommes seront rapidement neutralisés par les troupes britanniques, dont la victoire met fin à la rébellion de 1837. Il est lui-même tué au moment où il tente de sortir de l'église en flammes, le 14 décembre 1837.
Alfonso Pelzer
Né en Allemagne, Alfonso Pelzer arrive aux États-Unis au début des années 1890. Il travaille comme fondeur pour le compte de la compagnie W. H. Mullins, à Salem en Ohio. En plus du Monument à Jean-Olivier Chénier, on ne lui connaît qu’une autre réalisation, une statue d’Abraham Lincoln au New Jersey. De retour en Allemagne, il décède en 1904.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1891
Mode d'acquisition
Don par souscription publique
Date d'accession
1 janvier 1895
Technique(s)
Sculpture de cuivre formé; soudure à l'étain.
Matériaux
Cuivre; granit; résine
Dimensions générales
400 x 100 x 100 cm
Fabricants
  • Brunet, Joseph / Les Ateliers Brunet
  • Mullins, William Harold / W. H. Mullins Co.
Monument à Jean-Olivier Chénier
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Square Viger