Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Monument \u00e0 John Young","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/monument-a-john-young\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/monument-a-john-young\/"}
Partager
Partager
Louis-Philippe Hébert

Monument à John Young

1911
Présentation de l'oeuvre
Ce monument-fontaine est composé de quatre éléments en bronze répartis sur un socle de granit, qui est lui-même installé au centre d’un bassin fait de la même pierre grise. À la base se trouve la figure allégorique du dieu Fleuve qui, à demi assis sur les débris d’un navire naufragé, tient une vasque d’où s’écoule l’eau de la fontaine. Au haut du piédestal est installée la statue de John Young, le montrant debout, les bras croisés, tenant d'une main des documents et vêtu d'une redingote, à la mode de l'époque. De part et d’autre du socle, deux proues de navire qui émergent de la vague complètent la composition, rappelant la navigation sur le Saint-Laurent. Le rapport établi entre le personnage principal et la figure secondaire repose sur un jeu d’équilibre entre le réalisme, John Young, et le symbolisme, la figure du fleuve.

L’œuvre a été déplacée à deux reprises : originalement à la place Royale, elle fut déménagée à la Pointe-à-Callière, en 1952, avant d’être définitivement installée à son emplacement actuel, devant les bureaux de la Société du Vieux-Port de Montréal, en 1997. Puisque l’œuvre rend hommage à un président de la Commission du havre de Montréal, qui a veillé à l’amélioration et au développement des installations portuaires, son emplacement a toujours privilégié un lien étroit entre le personnage, le fleuve et le port de Montréal.

Louis-Philippe Hébert, âgé de 56 ans au moment où il commence à travailler à cette commande, jouit alors d’une grande renommée. Cette œuvre démontre sa maturité artistique, notamment à travers cette représentation du dieu Fleuve, qui peut être considérée comme l’une de ses pièces les plus libres et inspirées.
Événements associés
Le 100e anniversaire de la naissance de John Young donne l’occasion au gouvernement canadien et aux administrateurs de la Commission du havre de Montréal, de rappeler le rôle majeur de Young dans le développement portuaire de la métropole. John Young (11 mars 1811, Écosse – 12 avril 1878, Montréal) s’établit à Montréal en 1830. Il œuvre dans plusieurs sphères : importation, exportation, fondation de plusieurs entreprises de chemin de fer et de télégraphe, députation de Montréal à l’Assemblée du Canada-Uni, commissariat et présidence du havre.
Louis-Philippe Hébert
Louis-Philippe Hébert (27 janvier 1850, Sainte-Sophie-d’Halifax, Québec – 13 juin 1917, Westmount, Québec) est formé dans la tradition québécoise de la sculpture sur bois héritée du XVIIIe siècle. Il se tourne rapidement vers les techniques complexes de la fonte du bronze qu’il découvre au cours de ses fréquents séjours à Paris. Artiste raffiné et consciencieux, Hébert a su assimiler l’essentiel de cette façon de travailler. Par son œuvre magistrale, il marque une étape fondamentale de l’art sculptural du Québec, lui permettant du coup de franchir le seuil de la modernité.
Prix et distinctions
  • Chevalier de Saint-Michel et de Saint-Georges, 1903
  • Chevalier de la Légion d'honneur, 1901
  • Médaille de la Confédération, 1894
  • membre de la Royal Canadian Academy of Arts, 1880
Présentation de l'oeuvre
Ce monument-fontaine est composé de quatre éléments en bronze répartis sur un socle de granit, qui est lui-même installé au centre d’un bassin fait de la même pierre grise. À la base se trouve la figure allégorique du dieu Fleuve qui, à demi assis sur les débris d’un navire naufragé, tient une vasque d’où s’écoule l’eau de la fontaine. Au haut du piédestal est installée la statue de John Young, le montrant debout, les bras croisés, tenant d'une main des documents et vêtu d'une redingote, à la mode de l'époque. De part et d’autre du socle, deux proues de navire qui émergent de la vague complètent la composition, rappelant la navigation sur le Saint-Laurent. Le rapport établi entre le personnage principal et la figure secondaire repose sur un jeu d’équilibre entre le réalisme, John Young, et le symbolisme, la figure du fleuve.

L’œuvre a été déplacée à deux reprises : originalement à la place Royale, elle fut déménagée à la Pointe-à-Callière, en 1952, avant d’être définitivement installée à son emplacement actuel, devant les bureaux de la Société du Vieux-Port de Montréal, en 1997. Puisque l’œuvre rend hommage à un président de la Commission du havre de Montréal, qui a veillé à l’amélioration et au développement des installations portuaires, son emplacement a toujours privilégié un lien étroit entre le personnage, le fleuve et le port de Montréal.

Louis-Philippe Hébert, âgé de 56 ans au moment où il commence à travailler à cette commande, jouit alors d’une grande renommée. Cette œuvre démontre sa maturité artistique, notamment à travers cette représentation du dieu Fleuve, qui peut être considérée comme l’une de ses pièces les plus libres et inspirées.
Événements associés
Le 100e anniversaire de la naissance de John Young donne l’occasion au gouvernement canadien et aux administrateurs de la Commission du havre de Montréal, de rappeler le rôle majeur de Young dans le développement portuaire de la métropole. John Young (11 mars 1811, Écosse – 12 avril 1878, Montréal) s’établit à Montréal en 1830. Il œuvre dans plusieurs sphères : importation, exportation, fondation de plusieurs entreprises de chemin de fer et de télégraphe, députation de Montréal à l’Assemblée du Canada-Uni, commissariat et présidence du havre.
Louis-Philippe Hébert
Louis-Philippe Hébert (27 janvier 1850, Sainte-Sophie-d’Halifax, Québec – 13 juin 1917, Westmount, Québec) est formé dans la tradition québécoise de la sculpture sur bois héritée du XVIIIe siècle. Il se tourne rapidement vers les techniques complexes de la fonte du bronze qu’il découvre au cours de ses fréquents séjours à Paris. Artiste raffiné et consciencieux, Hébert a su assimiler l’essentiel de cette façon de travailler. Par son œuvre magistrale, il marque une étape fondamentale de l’art sculptural du Québec, lui permettant du coup de franchir le seuil de la modernité.
Prix et distinctions
  • Chevalier de Saint-Michel et de Saint-Georges, 1903
  • Chevalier de la Légion d'honneur, 1901
  • Médaille de la Confédération, 1894
  • membre de la Royal Canadian Academy of Arts, 1880
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1911
Mode d'acquisition
Don
Date d'accession
27 novembre 1911
Technique(s)
Bronze coulé; pierre taillée
Matériaux
Bronze; granit
Dimensions générales
520 x 340 x 670cm
Fabricants
  • Établissements métallurgiques A. Durenne
Monument à John Young
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
De la Commune