Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Monument \u00e0 Robert Burns","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/monument-a-robert-burns\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/monument-a-robert-burns\/"}
Partager
Partager
Georges Anderson Lawson

Monument à Robert Burns

1930
Présentation de l'oeuvre
Les bronzes de ce monument constituent une réplique posthume d'une œuvre dont l'original est installé à Ayr, en Écosse, dans le comté natal du poète Robert Burns. Il s’agit ici d’un don d’un comité de citoyens d’origine écossaise (Franco-Scottish Association of Montréal) afin de marquer le 83e anniversaire de la mort du plus célèbre de leurs poètes. Le sculpteur écossais G. A. Lawson a choisi de représenter Burns encore jeune, debout, la jambe droite légèrement avancée, dans une pose où il bat mentalement la mesure d’une de ces célèbres ballades. Les trois bas-reliefs sur le socle de granit illustrent des scènes de ses poèmes, dont la vie campagnarde tissée de labeurs et de légendes. Bien que Burns ne soit jamais venu au Canada, ce monument s’avère la manifestation de l’attachement des membres la communauté écossaise de Montréal à leurs racines.
Événements associés
Barde national de l’Écosse, Robert Burns puise son inspiration dans la culture populaire et le répertoire de la chanson traditionnelle. Né en 1759, à 3 km au sud d’Ayr, il redonne au dialecte écossais sa vigueur et son lyrisme. Il compose des chansons et des poèmes dès l’âge de 13 ans et fait paraître en 1786 son premier recueil en écossais, Poems Chiefly in the Scottish Dialect. L’œuvre de ce précurseur du romantisme trouve un écho chez le compositeur Robert Schumann et auprès de l’artiste Eugène Delacroix, dans le tableau La Ballade de Tam O’Shanter (1796). Burns meurt le 21 juillet 1796 à Dumfries, au sud-ouest de l'Écosse.
Georges Anderson Lawson
George Anderson Lawson fut un sculpteur associé au mouvement de la Nouvelle Sculpture durant la période victorienne. Né à Édimbourg en Écosse en 1832, il se bâtit une réputation en réalisant des effigies de citoyens distingués. Après avoir visité Rome, il séjourne à Liverpool, où en 1864, il remporte le concours pour le Monument à Wellington, avec son frère architecte Andrew Lawson. Deux ans plus tard, Lawson s’établit à Londres. Néanmoins, il maintiendra ses contacts avec ses commanditaires et des artistes en Écosse. Outre le Monument à Robert Burns à Ayr en Écosse, il est l’auteur d’autres statues, dont celles de Robert the Bruce, Baillie Nicol Jarvie and Diana Vernon composant le Monument à Sir Walter Scott (1874), à Édimbourg. Il s’éteint à Richmond au Royaume-Uni, en 1904.
Présentation de l'oeuvre
Les bronzes de ce monument constituent une réplique posthume d'une œuvre dont l'original est installé à Ayr, en Écosse, dans le comté natal du poète Robert Burns. Il s’agit ici d’un don d’un comité de citoyens d’origine écossaise (Franco-Scottish Association of Montréal) afin de marquer le 83e anniversaire de la mort du plus célèbre de leurs poètes. Le sculpteur écossais G. A. Lawson a choisi de représenter Burns encore jeune, debout, la jambe droite légèrement avancée, dans une pose où il bat mentalement la mesure d’une de ces célèbres ballades. Les trois bas-reliefs sur le socle de granit illustrent des scènes de ses poèmes, dont la vie campagnarde tissée de labeurs et de légendes. Bien que Burns ne soit jamais venu au Canada, ce monument s’avère la manifestation de l’attachement des membres la communauté écossaise de Montréal à leurs racines.
Événements associés
Barde national de l’Écosse, Robert Burns puise son inspiration dans la culture populaire et le répertoire de la chanson traditionnelle. Né en 1759, à 3 km au sud d’Ayr, il redonne au dialecte écossais sa vigueur et son lyrisme. Il compose des chansons et des poèmes dès l’âge de 13 ans et fait paraître en 1786 son premier recueil en écossais, Poems Chiefly in the Scottish Dialect. L’œuvre de ce précurseur du romantisme trouve un écho chez le compositeur Robert Schumann et auprès de l’artiste Eugène Delacroix, dans le tableau La Ballade de Tam O’Shanter (1796). Burns meurt le 21 juillet 1796 à Dumfries, au sud-ouest de l'Écosse.
Georges Anderson Lawson
George Anderson Lawson fut un sculpteur associé au mouvement de la Nouvelle Sculpture durant la période victorienne. Né à Édimbourg en Écosse en 1832, il se bâtit une réputation en réalisant des effigies de citoyens distingués. Après avoir visité Rome, il séjourne à Liverpool, où en 1864, il remporte le concours pour le Monument à Wellington, avec son frère architecte Andrew Lawson. Deux ans plus tard, Lawson s’établit à Londres. Néanmoins, il maintiendra ses contacts avec ses commanditaires et des artistes en Écosse. Outre le Monument à Robert Burns à Ayr en Écosse, il est l’auteur d’autres statues, dont celles de Robert the Bruce, Baillie Nicol Jarvie and Diana Vernon composant le Monument à Sir Walter Scott (1874), à Édimbourg. Il s’éteint à Richmond au Royaume-Uni, en 1904.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Sculpture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1930
Mode d'acquisition
Don
Date d'accession
1 January 1930
Technique(s)
Bronze coulé
Matériaux
Bronze; granit
Dimensions générales
511 x 276 x 276 cm
Fabricants
  • A. D. Burton Founder
Monument à Robert Burns
Arrondissement
Ville-Marie
Parc
Square Dorchester