Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Pont d'Arles en transfert","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/pont-darles-en-transfert\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/pont-darles-en-transfert\/"}
Partager
Partager
Pierre Leblanc

Pont d'Arles en transfert

1985
Présentation de l'oeuvre
L’œuvre a été créée spécifiquement pour s’intégrer au terrain extérieur du musée de Lachine, tel qu’en témoigne l’incrustation du muret dans le dénivelé du sol. Au sommet du monticule ainsi soutenu, deux poutres de métal peintes gris-bleu semblent plantées à angle dans le sol. Passant entre les deux poutres, une série de grosses pierres trace une ligne d’ouest en est sur le talus.

Leblanc a réalisé cette œuvre à son retour d’un voyage à Arles, en France. Elle fait référence au pont d’Arles, autrefois nommé le pont de Langlois. Plusieurs œuvres de l’artiste trouvent leurs prémisses dans l’histoire de l’art et de la littérature. Ici, il s’approprie, à la suite de Vincent Van Gogh, un sujet (le pont) et en explore les possibilités plastiques. Si le peintre néerlandais s’était concentré sur la couleur en peignant le pont Langlois sous différents éclairages, Leblanc, un siècle plus tard, effectue à son tour un transfert et du coup, les poutres de bois deviennent des poutres d’acier. Le sujet est dès lors réinterprété selon les préoccupations d’un sculpteur qui s’attache aux propriétés physiques des matériaux, bruts ou transformés, aux techniques de construction et d’assemblage, et aux lois qui les régissent : force et poussée, torsion, poids et portée, tension, compression.
Événements associés
L’œuvre a été créée pour le premier symposium de sculpture, « Lachine, carrefour de l’art et de l’industrie », à l’été 1985. Organisé par la Société de diffusion internationale et de placement sur œuvres d’art (Sodip-Art), l’événement a rassemblé huit sculpteurs qui ont réalisé sur place autant de sculptures monumentales sous le regard du public.
Pierre Leblanc
Né à Montréal, Pierre Leblanc vit et travaille à Val-David depuis 1974. Il s’est initié à la sculpture en travaillant à la Fonderie expérimentale de Pierrefonds, où il côtoyait les sculpteurs André Fournelle et Armand Vaillancourt.

Ses œuvres sont exposées régulièrement en Amérique du Nord et en Europe et font partie de plusieurs collections publiques, notamment : Musée du Bas-Saint-Laurent, Musée national des beaux-arts du Québec et Musée d’art contemporain de Montréal. En 2011, le Musée d’art contemporain des Laurentides présentait Signes et repères, une exposition individuelle de ses travaux récents. Leblanc a également réalisé de nombreux projets en art public un peu partout au Québec.
Présentation de l'oeuvre
L’œuvre a été créée spécifiquement pour s’intégrer au terrain extérieur du musée de Lachine, tel qu’en témoigne l’incrustation du muret dans le dénivelé du sol. Au sommet du monticule ainsi soutenu, deux poutres de métal peintes gris-bleu semblent plantées à angle dans le sol. Passant entre les deux poutres, une série de grosses pierres trace une ligne d’ouest en est sur le talus.

Leblanc a réalisé cette œuvre à son retour d’un voyage à Arles, en France. Elle fait référence au pont d’Arles, autrefois nommé le pont de Langlois. Plusieurs œuvres de l’artiste trouvent leurs prémisses dans l’histoire de l’art et de la littérature. Ici, il s’approprie, à la suite de Vincent Van Gogh, un sujet (le pont) et en explore les possibilités plastiques. Si le peintre néerlandais s’était concentré sur la couleur en peignant le pont Langlois sous différents éclairages, Leblanc, un siècle plus tard, effectue à son tour un transfert et du coup, les poutres de bois deviennent des poutres d’acier. Le sujet est dès lors réinterprété selon les préoccupations d’un sculpteur qui s’attache aux propriétés physiques des matériaux, bruts ou transformés, aux techniques de construction et d’assemblage, et aux lois qui les régissent : force et poussée, torsion, poids et portée, tension, compression.
Événements associés
L’œuvre a été créée pour le premier symposium de sculpture, « Lachine, carrefour de l’art et de l’industrie », à l’été 1985. Organisé par la Société de diffusion internationale et de placement sur œuvres d’art (Sodip-Art), l’événement a rassemblé huit sculpteurs qui ont réalisé sur place autant de sculptures monumentales sous le regard du public.
Pierre Leblanc
Né à Montréal, Pierre Leblanc vit et travaille à Val-David depuis 1974. Il s’est initié à la sculpture en travaillant à la Fonderie expérimentale de Pierrefonds, où il côtoyait les sculpteurs André Fournelle et Armand Vaillancourt.

Ses œuvres sont exposées régulièrement en Amérique du Nord et en Europe et font partie de plusieurs collections publiques, notamment : Musée du Bas-Saint-Laurent, Musée national des beaux-arts du Québec et Musée d’art contemporain de Montréal. En 2011, le Musée d’art contemporain des Laurentides présentait Signes et repères, une exposition individuelle de ses travaux récents. Leblanc a également réalisé de nombreux projets en art public un peu partout au Québec.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Installation
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1985
Mode d'acquisition
Transfert
Date d'accession
1 janvier 2002
Technique(s)
Soudé; boulonné; peint
Matériaux
Acier; pierres; bois; gravier; tourbe
Dimensions générales
347 x 320 x 900 cm
Pont d'Arles en transfert
Arrondissement
Lachine
Bâtiment
Musée de Lachine
Parc
Parc du musée de Lachine
Adresse civique
1, chemin du Musée, Lachine (Québec) H8S 4L9