Beaux-arts
Choisir une sous-catégorie

Selectionnez la date de début et de fin de la période désirée

1809
2016

Voir les résultats
Trier
{"title":"Bureau d'Art Public - Ville de Montr\u00e9al | Tango de Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/oeuvre\/tango-de-montreal\/","body_class":"blog artpublic adapt jsonStored single-artwork query-off ap-no-toolbar","query_hud":null,"alternate_url":"https:\/\/artpublic.ville.montreal.qc.ca\/en\/oeuvre\/tango-de-montreal\/"}
Partager
Partager
Les Industries perdues

Tango de Montréal

1999
Présentation de l'oeuvre
Située sur la place Gérald-Godin, en plein cœur de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, en face de la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, l'œuvre est intégrée au mur nord de l'immeuble du 4433-4435-4437, rue Rivard. Il s'agit de la reproduction en grand format du poème « Tango de Montréal » composé et publié dans le recueil Sarzène, en 1983, par Gérald Godin.

Ce poème est représentatif à la fois de l’œuvre littéraire de Godin, de son attachement à Montréal et de ses préoccupations humaines. Chacun des 327 caractères typographiques du poème est sculpté dans l'argile crue, qui par la suite est cuite à haute température pour donner une brique de très haute qualité. Les 327 briques ainsi obtenues sont incorporées au mur de briques de l'immeuble, traitant le mur comme une page. Les caractères s'apparentent à ceux que les Romains sculptaient dans le marbre, et les joints de mortier noir augmentent le contraste afin d'assurer la bonne lecture à distance. Les artistes pensaient que la voix de Gérald Godin, sa voix de poète, plus discrète et moins connue que ses interventions politiques, appartenait aussi à l'histoire, et ils ont choisi de lui donner la parole, dans un lieu qui est aussi celui du quotidien, celui des départs matinaux pour le travail, celui des retours à la maison, de ceux qui partent, de ceux qui passent et de nouveaux arrivants.
Événements associés
Gérald Godin (1938-1994) a été député du comté de Mercier de 1976 à 1994 et ministre des Communautés culturelles et de l'Immigration à l'Assemblée nationale du Québec de 1981 à 1985. Également écrivain, il a reçu, en 1987, le Grand Prix du livre de Montréal pour son recueil de poésie et de théâtre Ils ne demandaient qu'à brûler.
Les Industries perdues
En 1991, Richard Purdy fonde Les industries perdues, collectif auquel, la même année, se joint François Hébert. Chacun est détenteur d’une maîtrise en arts plastiques et a bon nombre d’expositions individuelles à son actif. Véritablement intégrées à l'environnement urbain et volontiers narratives, leurs œuvres s'approprient des objets en les glissant dans un contexte mythique déjà existant ou qu'ils inventent. Parmi leurs réalisations, on compte L'Horizon vertical (1997) au Théâtre de Nouveau Monde, Deus ex machina (1995) à l’Usine C et La vivrière (1995) sur la place de la FAO à Québec.
Détails
Catégorie
Beaux-arts
Sous-catégorie
Peinture
Nom de la collection
Art public
Date de fin de production
1999
Mode d'acquisition
Commande publique de la Ville de Montréal (Concours sur invitation)
Date d'accession
13 avril 1999
Technique(s)
Moulage d'argile crue
Matériaux
Argile
Dimensions générales
1040 x 1740 cm
Fabricants
  • Denis Marcotte Briqueteur Inc.
Tango de Montréal
Arrondissement
Le Plateau-Mont-Royal
Parc
Place Gérald-Godin
Adresse civique
4433-4435-4437, rue Rivard, Place Gérald Godin